rhinite allergique solutions naturelles
Troubles et pathologies

Rhinite allergique : quelles solutions naturelles ?

Ce texte fait suite aux 2 articles déjà consacrés à la rhinite allergique, ou rhume des foins, que je vous invite à aller lire si ce n’est déjà fait !

Les victimes du rhume des foins recherchent souvent de nombreuses années des solutions satisfaisantes pour lutter contre ces désagréments handicapants, dont les impacts sur la qualité de vie sont réels…

Heureusement, des solutions existent, mais encore faut-il en avoir déjà entendu parler !

Voici une petite sélection d’approches naturelles qui pourront vous aider.

 

Les traitements allopathiques

En médecine allopathique classique, les médecins, allergologues et autres pneumologues prescrivent le plus souvent des traitements anti-symptomatiques, non dénués de réactions secondaires indésirables.

  • Évidemment, on vous conseillera d’abord d’éviter les allergènes, dans la mesure du possible. Difficile à moins de rester enfermé chez soi, ce qui est quand même bien dommage si l’on veut profiter des 1ers rayons du soleil printanier ! Bien sûr, quelques mesures simples s’imposent (fermer les fenêtres la journée et aérer tôt le matin, rouler fenêtres fermées, éviter d’étendre le linge dehors, se rincer les cheveux et le visage à l’eau claire le soir…).
  • Puis on vous prescrira la plupart du temps des corticostéroïdes en intra-nasal avec un antihistaminique surtout en début de traitement et pendant les pics polliniques. Au moins, préférez un antihistaminique qui n’induit pas de somnolence…
  • Pour ceux dont ces traitements sont inefficaces ou insuffisants, on proposera une désensibilisation ou immunothérapie spécifique. Le but est d’induire une tolérance à un ou plusieurs allergènes. Autrefois par voie sous-cutanée, maintenant par voie sublinguale, cette solution nécessite un investissement financier certain et en temps. Sans garantie d’efficacité à long terme et pour des résultats souvent assez médiocres…
  • D’autres thérapies sont en cours de développement ou d’étude, portant notamment sur la modulation de la réponse immunitaire innée aux pollens. Peut-être des solutions plus efficaces et moins risquées ?

Mais pour l’instant, tous ces traitements n’ont pour objectif que de court-circuiter votre système immunitaire… alors qu’il ne sait plus se défendre correctement !

Ne peut-on pas plutôt rechercher des approches moins conventionnelles, mais aussi sans effets secondaires et tout aussi efficaces ?

 

Commençons dès la naissance…

A la naissance des nouveau-nés, les microbes commencent à coloniser les voies orale, respiratoire et intestinale. Les communautés microbiennes, à leur tour, sont influencées par une série de facteurs environnementaux : expositions microbiennes locales au début de la vie, mode d’accouchement, régime alimentaire, administration d’antibiotiques, facteurs physiologiques, stress mental, etc., caractérisés par une diversité microbienne fluctuante.

Or, le microbiome intestinal néonatal joue un rôle déterminant dans le développement et le fonctionnement du système immunitaire de l’enfance. En effet, l’interaction entre la flore intestinale au début de la vie et le système immunitaire influe sur l’induction de la tolérance immunitaire ou du déséquilibre immunitaire. Autrement dit, dès les premiers jours après la naissance, la qualité du microbiote qui se met en place est déterminant pour le bon fonctionnement de l’immunité de l’enfant…

3 grands principes permettent de diminuer les risques de développer des allergies dans l’enfance et à l’âge adulte :

  • Accoucher par voie basse dans la mesure du possible. Éviter les césariennes de confort, afin que le bébé capte la flore vaginale de sa mère et ensemence ainsi sa propre flore.
  • Allaiter au minimum pendant 6 mois, et si possible jusqu’aux 2 ans de l’enfant (comme le recommande l’OMS). Le lait maternel immunise l’enfant, il contient des immunoglobulines et transmet l’expérience immunitaire de la mère à l’enfant. Évidemment, il ne s’agit pas ici de relancer un débat stérile sur l’allaitement, juste d’informer. Pour plus d’informations à ce sujet, lire l’article qui y est consacré…
  • Éviter l’excès d’hygiène. Si le bébé amène tout à sa bouche, c’est aussi pour forger son système immunitaire. Sa salive contient d’ailleurs des enzymes « nettoyantes » efficaces (le lysozyme). Éviter absolument les détergents chimiques violents que le bébé ingurgitera en se suçant les doigts.

 

Quid de l’alimentation ?

Ces dernières années, on a pensé que la nutrition jouait un rôle dans la pathogenèse de la rhinite allergique, plusieurs études ayant démontré une relation entre la rhinite allergique et la nutrition.

Les mécanismes sous-jacents en sont mal compris, mais la modulation épigénétique peut être impliquée. La modulation épigénétique fait référence à des réactions chimiques qui activent et désactivent des parties du génome. Ce qui modifie l’expression des gènes, susceptibles d’influer sur les réponses immunitaires liées à la rhinite allergique. Des preuves de modifications épigénétiques induites par la nutrition chez les patients allergiques ont été mises en évidence pour certains nutriments, notamment l‘huile de poisson riche en oméga 3. Ces derniers ont en effet une action anti-inflammatoire bien connue.

Rappelons également que 70 à 80% des cellules immunitaires siègent dans l’intestin, et que de l’état de la muqueuse intestinale dépend le bon fonctionnement de notre système immunitaire.

On privilégiera donc par principe une alimentation anti-inflammatoire et protectrice de la muqueuse intestinale (type méditerranéenne) telle qu’elle vous est régulièrement décrite dans ces pages : abondance de légumes puis de fruits, céréales complètes à dominance sans gluten, légumineuses régulièrement, modération quant aux produits laitiers, consommation quotidienne d’oléagineux, usage de bonnes huiles riches en omégas 3 (colza, lin, cameline notamment) et utilisation quotidienne des épices et aromates (curcuma, gingembre, cannelle, cumin, romarin, thym, sarriette…).

 

Efficacité des compléments alimentaires

Les antioxydants

On l’a vu, les allergènes stimulent les défenses innée via un stress oxydatif et cette immunité innée stimule à son tour l’immunité spécifique, l’inflammation allergique et ainsi toutes les manifestations symptomatiques de l’allergie saisonnière.

Il n’est donc pas étonnant que des études aient montré l’intérêt de la prise d’antioxydants. Les résultats les plus significatifs concernent l’acide ascorbique (vitamine C), la N-acétylcystéine, la lactoferrine (une protéine liant le fer pro-inflammatoire) et les tocophérols (vitamine E). Dans ces études, l’administration de ces antioxydants préalable à la mise en présence avec des extraits de pollen a permis d’inhiber profondément l’inflammation allergique des voies respiratoires.

D’autres actifs ont également montré une efficacité dans la prise en charge de la rhinite allergique :

Les œufs de caille

Fondés d’abord sur l’observation empirique d’une moindre occurrence d’allergies chez les producteurs de cailles, les études scientifiques ont confirmé ce phénomène et montré une diminution de l’intensité des symptômes  et une amélioration de la qualité de vie des patients complémentés en œufs de caille. Des études biochimiques semblent indiquer que ce sont à la fois des composants du blanc et du jaune qui modulent ainsi l’action des cellules immunitaires.

L’œuf de caille est en effet différent des autres œufs d’oiseaux, son albumine notamment étant plus riche en protéines ayant des effets antiallergiques et anti-inflammatoires.

La quercétine

La quercétine appartient à la famille des flavonoïdes, ces puissants composés antioxydants et anti-inflammatoires, que l’on retrouve dans les oignons crus, les câpres, le chocolat noir, les baies rouges, le brocolis.

Elle est capable d’inhiber l’action de certaines cellules immunitaires impliquées dans l’allergie, et notamment la libération d’histamine et de cytokines pro-inflammatoires.

Les probiotiques

Certaines combinaisons de souches probiotiques permettent d’améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de rhinite allergique, notamment lorsqu’elles sont prises au moment où les symptômes sont les plus importants.

Mais aussi la vitamine D, le zinc, la spiruline…

La plupart des laboratoires de compléments alimentaires proposent ces composés seuls ou en association dans des formules spécifiques pour l’allergie saisonnière.

Je ne traiterai pas ici de l’intérêt avéré de nombreuses plantes, aussi bien en phytothérapie (ortie, sauge, origan, plantain…), en aromathérapie (estragon…) ou en gemmothérapie (cassis, romarin…), ce qui pourrait faire l’objet d’un article à par entière… N’hésitez pas si besoin à consulter un thérapeute bien formé à l’utilisation des plantes.

Mais il existe aussi d’autres approches sans doute moins connues mais cependant intéressantes…

 

L’irrigation nasale saline

Ou le lavage du nez avec de l’eau salée…

On n’y pense pas toujours, et pourtant l’irrigation nasale saline est un traitement simple et peu coûteux pour le traitement de la rhinite allergique. Plusieurs études ont démontré son efficacité. Les mécanismes exacts qui sous-tendent son efficacité ne sont pas bien compris, mais au moins 3 ont été proposés :

  • Un effet de nettoyage direct. Lorsque la solution saline traverse la cavité nasale, elle peut humidifier et éliminer le mucus obstructif. Ce qui améliore la respiration immédiatement.
  • Cette pratique élimine ou réduit les médiateurs inflammatoires et les protéines allergènes libérées par les cellules immunitaires et le pollen.
  • Et restaure une fonction mucociliaire nasale altérée.

Le lavage du nez à l’eau salée peut améliorer l’efficacité des traitements allopathiques, tels que les antihistaminiques intranasaux, en éliminant les sécrétions nasales excessives et en réduisant l’œdème préexistant.

 

Les méthodes énergétiques

Deux méthodes énergétiques ont montré une efficacité clinique pour la diminution des symptômes de la rhinite allergique et une augmentation de la qualité de vie des patients qui en sont atteints : l’acupuncture et la méthode NAET.

L’acupuncture

L’acupuncture est une forme traditionnelle de médecine chinoise remontant à il y a 2 500 ans. Plus récemment, elle a été largement utilisée comme modalité thérapeutique pour divers troubles otolaryngologiques. Plusieurs études internationales récentes ont confirmé l’efficacité de l’acupuncture dans le traitement de la rhinite allergique, même si on ne sait pas encore en expliquer les mécanismes…

La méthode NAET

Les techniques d’élimination des allergies (NAET) de Nambudripad, développées en 1983, sont un traitement non conventionnel des allergies alimentaires qui combine des aspects de la médecine traditionnelle chinoise avec des principes nutritionnels et chiropratiques. La technique est non invasive, les points d’acupuncture pouvant être stimulés par la seule pression.

Bien que l’acupuncture seule ait été étudiée et qu’elle soit très efficace en cas d’allergie, NAET doit encore faire l’objet de recherches approfondies. Cependant, l’efficacité de NAET dans le traitement des affections allergiques a fait l’objet d’une étude préliminaire dans le cadre d’un essai contrôlé randomisé mené auprès de 60 sujets chez lesquels on a diagnostiqué un autisme provoqué par une allergie. Les résultats ont montré que 77% des personnes du groupe expérimental ont pu aller à l’école classique après avoir suivi un programme de traitement NAET pendant 1 an. Alors qu’aucun des sujets du groupe témoin ne s’est amélioré pendant la même période. Une enquête sur les symptômes d’allergie a également montré une amélioration significative des symptômes subjectifs pour le groupe expérimental par rapport aux témoins.

Les quelques études concernant NAET portent sur les allergies alimentaires. Néanmoins, si des améliorations sont avérées avec cette technique, on peut légitimement supposer qu’elle peut également soulager les symptômes de la rhinite allergique.

La méthode BBA (ByeBye Allergies)

Je n’ai trouvé aucune étude appuyant ou invalidant l’efficacité de cette technique exclusivement énergétique. Des témoignages d’estime méritent qu’on la mentionne. A vous de tester !

 

Il existe donc une multiplicité des techniques et approches complémentaires dans la prise en charge des symptômes de la rhinite allergique. Je dis bien des symptômes, car les études portant sur ces différentes approches ne permettent pas aujourd’hui de conclure à la guérison de cette pathologie. Néanmoins, il est évident que le choix d’une hygiène de vie saine (alimentation, stress et émotions, activités physiques…) participe à la constitution et à l’entretien d’un système immunitaire efficace et équilibré, et in fine, à l’atténuation nette des symptômes du rhume des foins… pour ne pas rester dépendant aux traitements allopathiques délétères pour votre santé.

Si vous-même souffrez du rhume des fois et que vous avez réussi à atténuer ou même à faire disparaitre ces désagréments, n’hésitez pas à en témoigner ci-dessous. Cela pourra aider d’autres personnes ! Et partagez si vous pensez que ces informations pourront aider des personnes de votre entourage !

 

Références scientifiques :

Photo by Mak on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.