douleur chronique et aimants
Thérapies et médecines complémentaires

Des aimants pour soulager la douleur chronique ? Un aperçu de la magnétothérapie

Si vous êtes arrivé.e sur cet article, c’est sans doute que vous souffrez physiquement depuis longtemps déjà. Et que vous n’avez pas encore réussi à soulager cette douleur qui vous envahit.

Ou alors que vous aimeriez bien franchement diminuer les anti-inflammatoires qui certes vous soulagent, mais dont les effets secondaires sont loin d’être négligeables pour votre santé. Et même vous en passer, d’ailleurs !

Quand la douleur chronique s’est installée depuis longtemps, qu’il s’agisse de fibromyalgie, d’arthrite chronique ou de polyarthrite, ou d’autres douleurs articulaires, c’est toute la qualité de vie qui est en suspens. La douleur est là, insidieuse, plus ou moins forte, mais toujours présente… et épuisante.

Alors, souvent, on cherche tous les moyens possibles pour la faire taire.

Et quand la panoplie des anti-douleurs chimiques est épuisée, ou devenue inefficace, on cherche alors du côté des solutions plus naturelles…

Or, deux évènements récents m’ont permis de croiser et de découvrir une spécialité thérapeutique encore méconnue, la magnétothérapie.

Au cabinet d’abord, lorsque l’une de mes clientes m’a informé qu’elle utilisait des aimants pour soulager ses douleurs arthritiques chroniques, puis lors d’une rencontre avec Sébastien Maréchal, un magnétothérapeute (je ne connaissais alors même pas ce nom !) qui m’a ainsi parlé plus longuement de son art. Il exerce sur Chambéry et Aix les Bains.

J’en ai donc profité pour l’interviewer, et je retranscris ici directement ces réponses sous les questions. Je reviendrais ensuite sur quelques notions qui me paraissent importantes.

 


Qu’est-ce que la magnétothérapie ? Comment les aimants agissent-ils ?

Par définition, la magnétothérapie est l’utilisation des aimants pour soulager des douleurs. Il s’agit d’une méthode de traitement non conventionnelle qui utilise l’énergie magnétique (pôle négatif et pôle positif) des aimants.

Le couple magnétique provoque une dépolarisation du milieu intérieur vers un pH neutre.

Les aimants travaillent par paire : il y a le côté noir, négatif, qui possède une action anti-inflammatoire, et le côté rouge, positif, qui est tonifiant.

Le champ magnétique crée par la présence des aimants posés sur le corps travaille sur la circulation sanguine et les cellules.

Les aimants entrainent également des sécrétions d’endorphines par le cerveau, dont les effets antalgiques sont aussi puissants que les médicaments allopathiques, sans leurs effets secondaires négatifs.

 

Quels types de troubles soulage l’utilisation des aimants ?

Je peux travailler sur diverses problématiques telles que le stress, les jambes sans repos, la fatigue générale… mais la plus grande efficacité est obtenue avec les douleurs chroniques, qu’elles soient articulaires, musculaires, fibromyalgiques ou dues à Lyme.

 

Existe-t-il des contre-indications ou des précautions particulières ?

Il y a peu de contre-indications mais celles-ci sont à respecter :

  • les personnes portant un pacemaker,
  • les femmes enceintes,
  • les personnes en chimiothérapie
  • ainsi que les personnes épileptiques.

Nous pouvons travailler sur des enfants, dès 6 ans et la personne la plus âgée que j’ai eu a 94 ans.

 

Peut-on pratiquer la magnétothérapie de différentes manières ?

Effectivement, il existe différentes techniques. Personnellement j’utilise 2 approches :

Le Biomagnétisme par couple d’aimants

C’est une technique dite « manuelle », à la fois préventive et curative, qui permet de préserver l’équilibre biologique de nos cellules. Cette méthode a été développée par le Dr GOIZ en 1988.

J’utilise des aimants en néodyme de 5000 à 13000 GAUSS.

Les champs magnétiques pulsés (CMP)

Cette méthode est plus moderne mais complémentaire.

C’est un appareil avec 10 programmes qui alimente un matelas avec des aimants en champs magnétiques pulsés à basse fréquence.

 

Comment se déroule une séance avec aimants ?

La personne vient me voir en m’expliquant son problème (n’étant pas médecin, je ne pose pas de diagnostic). Nous faisons une anamnèse, je dois connaitre ses antécédents médicaux, traitements etc …

Ensuite vient la séance proprement dite. La personne reste en permanence habillée (même avec ses chaussures !) et s’allonge sur le dos, sur une table de massage confortable.

Je commence mon protocole par un test kinésiologique par les pieds afin de savoir où poser les aimants, le but étant de trouver l’origine de la problématique. C’est le corps directement qui me répond, sans filtre… et qui ne ment pas !

Je pose alors les aimants sur la personne.

Le temps de pose des aimants est d’environ 30 à 40 minutes.

 

Combien de séances sont nécessaires ?

En général, il faut faire entre 2 à 5 séances. Mais j’ai développé un protocole spécifique fibromyalgie pour les curistes d’Aix-les-Bains, avec 3 séances, 1 par semaine.

Chaque personne étant différente, les réactions du corps peuvent l’être aussi. C’est pourquoi je demande à mes clients d’être à l’écoute de leur corps après la séance.  Il est important de faire un point après 15 jours.

Il est recommandé de ne pas dépasser 3 semaines entre les séances afin de bénéficier du travail de la séance précédente. En revanche, un minimum d’une semaine est nécessaire entre 2 séances.

 

Comment t’es-tu formé à cette méthode ?

J’ai découvert la magnétothérapie à la suite d’un accident de moto où je me suis cassé le poignet. J’ai utilisé les aimants pour me soulager, et avec succès ! Et j’ai donc eu envie de me former.

J’ai découvert sur internet une formation de qualité dispensée par un médecin, le Dr MENA, bras droit du Dr GOIZ, en charge du développement de la méthode en Europe. Mais attention, car on trouve absolument de tout, y compris des pseudo-formateurs…

Cette formation, dispensée à Paris sous forme de stages, nécessite la présentation de 50 cas cliniques pour être validée.

 

Souhaites-tu donner d’autres informations ? Comment peut-on te contacter ?

France 2 a réalisé un reportage sur la magnétothérapie dans l’émission TELEMATIN du 4 Novembre 2019, que je vous invite à regarder.

Par ailleurs, j’ai choisi de me former à l’aromathérapie auprès d’un médecin (Aromathérapie Annecy), cet outil complémentaire à la magnétothérapie étant naturel et très efficace.

Ma devise : « La puissance des aimants et des huiles essentielles pour soulager naturellement vos douleurs chroniques »

Si vous souhaitez avoir des renseignements, je vous invite à me contacter ou visiter mon site internet : www.sebastienmarechal.fr

Ou mon facebook pro : @magnetotherapie73


 

Intriguée par cette technique non conventionnelle, qui d’après plusieurs témoignages, est efficace pour certaines personnes, j’ai donc voulu creuser un peu plus. Vous me connaissez, j’aime bien comprendre comment les choses fonctionnent.

Ayons également conscience que les aimants représentent une industrie de plusieurs milliards de dollars. Ils sont commercialisés avec des allégations d’efficacité pour réduire la douleur d’origines diverses.

Une enquête a suggéré qu’environ 28% des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, d’arthrose ou de fibromyalgie utilisent des aimants ou des bracelets en cuivre pour soulager la douleur.

Mais comment fonctionnent-ils ? Quels impacts physiologiques ont-ils ? Sont-ils réellement efficaces au regard de la science ?

J’ai donc fait quelques recherches du côté des articles scientifiques publiés…

 

Qu’en dit la science aujourd’hui ?

Les outils utilisés

Il existe deux principaux types d’aimants :

  • les aimants statiques ou permanents, dans lesquels le champ magnétique est généré par la rotation des électrons dans le matériau lui-même,
  • et les électro-aimants, dans lesquels un champ magnétique est généré lorsqu’un courant électrique est appliqué.

La plupart des aimants qui sont commercialisés auprès des consommateurs à des fins de santé sont des aimants statiques de différentes forces, généralement entre 30 et 500 mT (pour milliTesla, l’unité physique mesurant l’induction magnétique).

Les mécanismes physiologiques

Soyons clair d’emblée, les preuves des principes scientifiques ou des mécanismes biologiques à l’appui de leur efficacité sont limitées.

Il est sûr que la physiologie cellulaire nous montre que les cellules nerveuses sont des systèmes électriques. Le mécanisme de la transmission de l’influx nerveux crée en effet un courant électrique. Ces cellules présentent donc, par principe physique, un champ électromagnétique.

Les aimants sont également des matériaux qui créent un champ électromagnétique. Ce que la science ne sait pas encore expliquer, c’est comment ces champs interagissent entre eux et surtout quelles en sont les conséquences pour les cellules.

A partir de là, 2 théories ont été proposées pour expliquer spécifiquement l’impact des aimants sur la douleur :

Sur les fibres nociceptives

Dans le 1er mécanisme proposé, ce sont les fibres C nociceptives qui sont impliquées.

Ces fibres nerveuses ont pour rôle de véhiculer l’information “douleur” dans le corps. Or, sur leur membrane, elles ont un potentiel de seuil inférieur. Elles sont donc activées beaucoup plus facilement que les autres fibres nerveuses. Ce qui veut dire qu’elles sont plus sensibles à la moindre stimulation…

Et les champs magnétiques atténueraient sélectivement la dépolarisation de la membrane de ces cellules. Autrement dit, elles deviendraient moins sensibles et véhiculeraient donc moins d’informations douloureuses.

Sur le flux sanguin

Une autre théorie suggère que les champs magnétiques favorisent une augmentation du flux sanguin dans la peau, les voies sous-cutanées et les tissus musculaires, ce qui aurait pour conséquence de réduire la douleur.

Toujours est-il que pour l’instant, ces théories n’ont pu être confirmées. Non pas parce qu’elles sont fausses (on n’en sait rien !), mais tout simplement parce que ce genre de recherches n’intéresse évidemment pas les grands laboratoires pharmaceutiques qui financent en grande partie les études médicales.

Leurs impacts thérapeutiques

Les aimants statiques

Il existe relativement peu d’études portant sur l’efficacité et l’intérêt de l’utilisation des aimants statiques dans la prise en charge de la douleur chronique.

J’ai quand même trouvé une synthèse publiée en 2007 par Pittler et ses collègues (références en fin d’article), qui concluent qu’aujourd’hui, “les preuves ne soutiennent pas l’utilisation d’aimants statiques pour soulager la douleur.”

Cependant, pour l’arthrose, les auteurs poursuivent par un “les preuves sont insuffisantes pour exclure un avantage cliniquement important, ce qui crée une opportunité pour une enquête plus approfondie.” Autrement dit, il semblerait que l’utilisation des aimants soit efficace pour soulager les douleurs arthrosiques, mais que les études sont encore insuffisantes pour le confirmer totalement.

Les champs magnétiques statiques

Étudier l’impact d’un champ magnétique sur le fonctionnement du corps humain est une tâche ardue, pour ne pas dire impossible.

Si les études portant spécifiquement sur les aimants statiques, tels qu’utilisés par Sébastien Maréchal, sont peu nombreuses, et souvent de piètre qualité (en termes statistiques et scientifiques), sachez cependant qu’il existe de nombreuses études portant sur l’impact des champs magnétiques statiques sur le fonctionnement du corps humain.

Mais là encore, les études, bien que nombreuses, sont très souvent contradictoires les unes avec les autres, et les controverses font rage.

Une synthèse de 2016 à ce sujet conclue que les champs magnétiques statiques affectent bien les systèmes cellulaires.

Ils modifient notamment la sensibilité des biomolécules, l’organisation structurelle intracellulaire et le déroulé de certaines réactions enzymatiques. Cependant, comme le champ magnétique agit sur des éléments cellulaires ayant une sensibilité spécifique, il est très difficile de prévoir les effets réels à l’échelle cellulaire, et encore moins à l’échelle de l’organisme.

 

Dès lors, qu’en conclure ?

Pour l’instant, la science montre donc que les champs magnétiques ont un réel impact sur les cellules et donc sur l’organisme. Mais en l’état actuel des connaissances, on ne sait pas prédire quel sera cet impact, qui dépend également de l’importance du champ magnétique, de sa durée d’application…

Si vous souffrez de douleurs chroniques et que vous n’arrivez pas à vous soulager, vous ne courrez donc aucun risque à tester l’utilisation des aimants tels que pratiquée par les magnétothérapeutes.

Je vous invite en particulier à rechercher quelles approches naturelles vous permettront de vous soulager, vous, et de ne pas vous reposer sur les seuls anti-inflammatoires chimiques aux effets secondaires très présents. Taï Chi, Biofeedback, phytothérapie et aromathérapie, micronutrition, activité physique adaptée… sont autant d’approches complémentaires que vous pouvez tester.

Bon courage, et bonne recherche !

 

Si vous avez vous-même tester les aimants, n’hésitez pas à en témoigner en commentaires ci-dessous.

Et pensez à partager, vous aiderez peut-être quelqu’un sans le savoir !

J’ai déjà présenté d’autres approches complémentaires de santé, avec leurs intérêts et leurs limites. N’hésitez pas les lire et les commenter (en commentaires sous les articles) si vous utilisez vous-même ces approches :

 Et ici, un article qui me tient à cœur, car il décrit ce que devrait être une médecine intégrée, que j’appelle de mes voeux…

 

Références :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.