meiux manger - légumes
Alimentation

Mieux manger ? Voici 5 conseils pour vous y aider

Il suffit d’allumer la télé, d’ouvrir un journal ou de surfer sur internet pour être bombarder d’informations contradictoires et parfois confuses sur l’alimentation et la santé. Lorsque l’on cherche à mieux manger, il n’est donc pas toujours facile d’y faire le tri. Et la tentation est grande alors de ne rien changer à ses habitudes. Pourtant, vous avez tout à gagner à améliorer progressivement ce que vous mettez dans votre assiette, à commencer par votre santé et votre espérance de vie.

Alors, ne laissez pas ce brouhaha vous décourager dans vos efforts ou vous dédouaner de ne rien faire. Au contraire, rappelez vous de ces 4 clés importantes qui vous motiveront à faire de meilleurs choix pour mieux manger.

 

4 clés motivantes pour mieux manger

Ce que vous mangez affecte votre apparence, votre énergie et surtout votre santé

Je ne détaillerai pas ici ces données que vous connaissez tous déjà. Car c’est bien ce que vous mettez dans votre assiette qui détermine au final votre silhouette et votre santé. Bien sûr, l’alimentation n’est qu’un seul facteurs parmi d’autres (émotions et stress, activités physiques, qualité du microbiote, vie sociale, donner du sens à sa vie…). Mais il reste quand même un facteur critique et primordial !

D’autant plus que ces facteurs ne sont pas indépendants les uns des autres. Une alimentation santé favorise un microbiote de qualité, qui lui-même modifie notre perception du stress et nos comportements

Commencer en réfléchissant à mieux manger, c’est donc activer un cercle vertueux qui, in fine, jouera sur l’ensemble des facteurs de santé.

Jusqu’à 2 personnes sur 3 sont en surpoids ou obèses

Les pays occidentaux sont globalement sur le mauvais chemin. En effet, la prévalence du surpoids et de l’obésité ne cesse d’augmenter (mais cela reste variable selon les pays).

En conséquence, le diabète et l’hypertension augmentent. Les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et le cancer se banalisent… malheureusement. De nombreux facteurs contribuent à ces problèmes complexes. Mais les raisons fondamentales n’en sont pas moins simples : nous mangeons trop, nous choisissons mal ce que nous mettons dans nos assiettes, et nous ne bougeons pas assez.

Les vrais choix alimentaires sains sont connus

Aujourd’hui, si l’on regarde les études scientifiques INDÉPENDANTES, nous savons quels choix alimentaires sont réellement judicieux pour notre santé. De petits détails peuvent encore évoluer, mais les indications générales sont maintenant solides.

Une alimentation saine n’est pas une punition, mais une opportunité

Si vous comprenez pourquoi c’est important (tiens, tiens, ne serait-ce pas le but de ce site ?) et si vous savez ce qu’il faut faire (et comment), faire le pas est finalement assez agréable et surtout satisfaisant. Et une alimentation santé et joyeuse n’interdit pas les petits plaisirs, bien au contraire…

Il ne s’agit pas de supprimer le gras, de supprimer les glucides ou de supprimer les protéines, mais de savoir choisir : lesquels (quelle qualité), comment les préparer, à quel moment les consommer…

 

Voici 5 conseils pour vous aider à mieux manger

Apprenez à envisager l’alimentation de façon nouvelle

Après la guerre, et donc dans un contexte particulier, l’idéal alimentaire consistait en un morceau de viande et ses « accompagnements ». Maintenant, nous savons que les légumes, les fruits, les oléagineux (noix, amandes, noisettes…), les céréales complètes et les poissons sont bien meilleurs. Alors faites leur une vraie place dans votre assiette.

Expérimentez, essayez, osez !

Testez de nouvelles recettes et menus. Soyez créatifs. Au lieu de redouter une alimentation que vous imaginez peut-être fade et triste, amusez-vous avec elle. De plus en plus de livres, de sites internet ou de blogs regorgent d’idées et de conseils où les légumes ont la part belle.

Pas à pas

Le changement peut prendre du temps. Songez qu’à 40 ans, vous aurez consommé environ 40 000 repas, sans compter les goûters et autres encas. Donnez-vous le temps de changer, en introduisant un changement par semaine par exemple.

Pourquoi ne pas commencer par le petit déjeuner ? Et échangez votre sempiternelle tartine baguette/beurre/confiture dans un bol de lait (ou de café !) avec un œuf à la coque, des fruits, et une bonne tranche de pain aux céréales tartinée de purée d’amandes ou de cacahuète…

Puis ajoutez des crudités à vos menus, arrosées d’une bonne vinaigrette dans laquelle vous pourrez varier les huiles de qualité : colza, lin, noix, cameline… C’est aussi l’occasion de découvrir de nouveaux goûts.

Pensez aux petits poissons gras (sardines, maquereaux, anchois…au naturel ou à l’huile d’olive) souvent, et à tort, oubliés…

Faites vous plaisir avec un carré (j’ai dit un carré, pas une tablette !) de chocolat noir de qualité que vous laisserez fondre doucement sur la langue.

Selon votre éthique, vos convictions, vos besoins et votre volonté, vous pourrez également choisir de tendre vers le végétarisme ou de diminuer le gluten. Tout est possible, si c’est fait dans la joie, le plaisir, et la juste connaissance des équilibres alimentaires.

Faire du changement une habitude, et passer au changement suivant (S.R. Covey)

Ne cherchez pas la perfection !

Vous n’êtes pas parfait, nous ne sommes pas parfaits ! Ne visez pas la perfection, et prenez en compte vos goûts et vos préférences. Les aliments plaisirs (viande rouge, fromages et autres produits laitiers…) ne sont pas à bannir (sauf si une pathologie particulière le justifie provisoirement) mais à replacer à leur juste place : choisissez les de qualité et dégustez les le week end par exemple. Ces choix sont les vôtres. Et si vous craignez de ne pas y arriver ou souhaitez être efficace dans vos changements alimentaires, faites-vous accompagner.

Visez le long terme

Ne vous fouettez pas si vous ne résistez pas à quelques écarts de temps en temps. L’équilibre alimentaire ne se fait pas à chaque repas, encore moins à chaque bouchée. Vos allers et retours nutritionnels seront équilibrés si votre modèle alimentaire global est sain.

 

J’en rajoute un fondamental : écoutez-vous, écoutez votre corps et respectez-le. Mangez lorsque vous avez faim, arrêtez de manger lorsque vous n’avez plus faim. Il ne s’agit pas de se mettre à table parce que c’est l’heure, mais parce que vous avez réellement faim…

Et votre santé, tout comme votre vitalité, vous diront merci !

 

Merci d’être arrivé au bout de cet article qui je l’espère vous aura intéressé. Si je n’ai pas répondu à toutes vos questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire. J’y répondrai directement ou j’en ferai un prochain article !

N’hésitez pas à partager également ce qui vous bloque, ce qui vous frêne dans votre envie de mieux manger…

Et n’hésitez pas à partager bien sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.