Comment le corps fonctionne-t-il ? - corps
Anatomie et physiologie

Comment le corps fonctionne-t-il ?

D’un côté, on entend souvent que le corps humain est une machine bien huilée, dont le moteur ronronne sans accrocs à condition de prévoir une révision (le fameux check-up) tous les ans. De l’autre, les fameux Tamalous (« t’as mal où ? ») nous montrent que rares sont finalement ceux qui n’ont à se plaindre de rien (insomnies, constipations, stress, douleurs articulaires et j’en passe…). Alors, comment le corps fonctionne-t-il ?

 

Le corps humain est une merveille… d’organisation !

Imaginez…

Environ dix mille milliards de cellules agissent ensemble,

  • se nourrissent (de sucre et d’oxygène, mais aussi de magnésium, de zinc, de fer, de calcium…),
  • se renouvellent et se multiplient,

et tout cela dans une coordination parfaite pour vous permettre de pianoter sur votre clavier et de lire cet article, de réfléchir, bouger, marcher, manger, rire… bref, de vivre.

Par exemple, vous n’avez qu’à faire deux pas pour attraper un verre d’eau sur la table, sans réfléchir, parce que vous avez soif.

Mais alors, comment mon pied « sait-il » ce que « veut » ma main ?

Tout simplement parce que les muscles qui permettent à vos pieds de se mouvoir sont innervés par des cellules nerveuses (les fameux neurones). Or ces neurones relient directement chaque muscle volontaire de votre corps à votre cerveau, et notamment à la région de votre cortex qui décide le mouvement.

Et qui commande ?

A l’image d’une installation électrique, tout votre corps est « câblé ». Chaque petite région de l’organisme est reliée par des câbles, les nerfs, qui regroupent de nombreux neurones, à votre cerveau, à votre cervelet ou simplement à votre moelle épinière.

C’est, par exemple :

  • une partie du cerveau qui régit les mouvements volontaires,
  • le cervelet qui gère l’équilibre et la stabilité de la posture,
  • tandis que la moelle épinière intervient dans tous les mouvements réflexes (ceux qui vous font retirer la main de la plaque brûlante !).

Bref, le système nerveux dans son ensemble est le grand coordinateur de votre corps. Mais il n’est pas seul dans cette tâche ! Il la partage avec le système endocrinien, aussi appelé hormonal. Ici, l’information n’est plus électrique, ni acheminée par des câbles, mais chimique (les molécules sont les hormones) et acheminée par le sang.

C’est ainsi que des glandes (la thyroïde, l’hypophyse, les surrénales…) sécrètent et libèrent leurs hormones dans la circulation sanguine. Elles agissent alors à distance sur les cellules capables de « lire » l’information qu’elle véhicule.

Et qui commandent-ils ?

La tâche de ces deux systèmes n’est pas une mince affaire !

Pas moins de neuf autres systèmes cohabitent dans votre corps, chacun spécialisé dans l’accomplissement de tâches précises, et dont les actions doivent être coordonnées.

Ainsi, le système digestif assure la dégradation des aliments en nutriments, les assimile et élimine les déchets solides via les selles.

Le système respiratoire transfert l’oxygène de l’air inspiré au sang et le dioxyde de carbone du sang à l’air expiré.

Les systèmes musculaire et squelettique assurent notamment les mouvements du corps, tandis que le système tégumentaire (peau, poils, cheveux, ongles…) protège l’organisme et contribue à la synthèse de la vitamine D.

Sans oublier le système immunitaire qui nous protège des pathogènes extérieurs et de certains dérèglements intérieurs. Ou encore le système urinaire qui élimine des déchets et règle les quantités de liquide dans l’organisme…

La plaque tournante de l’organisme…

C’est le système cardiovasculaire. En effet, le sang, propulsé par le cœur dans les vaisseaux sanguins, transporte

  • l’oxygène,
  • les nutriments (glucose, acides aminés, acides gras, vitamines, minéraux)
  • et les hormones jusqu’aux cellules,

tout ce dont elles ont besoin pour fonctionner correctement.

Le sang véhicule également des cellules immunitaires qui « patrouillent » ainsi dans tout le corps.

Mais n’oublions pas également son rôle primordial dans l’élimination des déchets de l’organisme. Déchets véhiculés depuis les cellules qui les produisent (le CO2 est le déchet résultant de la production d’énergie par la cellule) jusqu’aux émonctoires, ces fameux organes de filtration chargés de l’évacuation des déchets hors de l’organisme.

 

Une merveille d’organisation… mais un équilibre fragile !

Une belle mécanique bien huilée donc… Et pourtant, on accorde souvent plus d’attention à l’entretien ou au carburant de sa voiture, qu’aux aliments et aux nourritures en général (nutrition bien sûr, mais aussi pensées, cultures, environnements…) qui apportent à notre organisme les carburants nécessaires à son fonctionnement.

Et c’est bien là que le bât blesse, car c’est lorsque

  • l’aliment se fait de piètre qualité,
  • le stress et les ruminations se font envahissants
  • et notre hygiène de vie se dégrade que la maladie peut s’installer.

Et là, c’est une autre histoire…

 

Merci d’être arrivé au bout de cet article qui je l’espère vous aura intéressé. Si je n’ai pas répondu à toutes vos questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire. J’y répondrai directement ou j’en ferai un prochain article !

Et n’hésitez pas à partager bien sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.